Présentation de Saint Martin de la Place, dans le Maine-et-Loire

Population et activités économiques

Evolution récente et composition de la population

Après avoir dépassé les 1 300 habitants au début du XIXe siècle, la commune de St Martin de la Place connut un long déclin démographique (823 hab. en 1921), avant que la population ne remonte. Elle atteignait 1 160 hab. en 2014.
Cette reprise est due à l'arrivée de nouveaux habitants. En effet, 60% des St Martiniens n'habitent la commune que depuis moins 20 ans ; 40% depuis moins de 10 ans.
Ces nouveaux arrivants ont restauré des maisons anciennes, d'autres ont profité de la politique de logement volontariste de la Municipalité à partir des années 1980. Lotissements municipaux ou privés, logements HLM, ont contribué à faire passer le parc immobilier de la commune de 359 à 520 logements entre 1968 et 2014. 74% des habitants sont propriétaires de leur habitation, 12% vivent en logement HLM.
Malheureusement, les contraintes liées au PPRI (plan de prévention des risques d'inondation) bloquent dorénavant la construction et cette phase de croissance semble devoir se terminer.

Cette population est jeune (56% de moins de 45 ans), ce qui explique l'assez forte natalité de la commune (on compte en moyenne 12 à 17 naissances par an). Les plus de 60 ans représentent néanmoins 23,5% de la population et, avec le vieillissement général, leur part augmente doucement.
80% des actifs de la commune travaillent à l'extérieur, 40% à Saumur. Ceci explique la structure socioprofessionnelle de la population. En 2014 les professions les plus représentées étaient les employés (37%), les ouvriers (23%), les professions intermédiaires (23%) et les agriculteurs (6%).

Activités économiques

La commune compte près de 80 entreprises et 180 emplois sur son territoire, assurés aux 2/3 par des St Martiniens.

L'activité agricole a beaucoup reculé. En 25 ans, le nombre d'exploitations a été divisé par 3, les retraités n'étant que rarement remplacés. En 2014, il ne reste pas une dizaine d'exploitations professionnelles, faisant vivre environ 40 personnes. Elles se partagent entre grandes cultures (céréales, plantes industrielles), cultures pour la semence (surtout maïs) et maraichage ; l'élevage bovin a presque entièrement disparu.
Mais l'agriculture continue d'offrir de nombreux emplois saisonniers (ramassage des légumes et fruits, castration du maïs, récolte du millet,…).

La commune compte 44 entreprises non agricoles, les 3/4 n'ayant aucun employé, une seule dépassant 10 salariés. Elles procurent environ 80 emplois, pour l'essentiel dans les services, la construction et les commerces.

Le tourisme profite naturellement de notre situation en bord de Loire (cf. activité de canoë-kayak et guinguette). La commune offre un large éventail d'hébergements et restauration : 1 hôtel-restaurant (3 étoiles) de 44 chambres, 2 cafés-restaurants, 1 camping (2 étoiles) de 84 emplacements et 2 gites ruraux. Elle compte 22 résidences secondaires. Cette activité reste modeste (elle ne génère qu'une douzaine d'emplois directs) mais devrait se développer.

Pour être complet, il faut ajouter une dizaine de fonctionnaires (école, personnel communal) et quelques professions libérales (médecin, pharmacienne, infirmier,…).

Sources : INSEE ; chiffres de 2014